ACCUEIL   QUI SOMMES NOUS   MALADIE   ROUTIERS   TESTEZ-VOUS   ACTUALITES   FAQ   CONTACT

 

 

Prochainement :

La Bouffée d'air 2018

 

 

ROUTIERS >>

 

ROUTIERS

 

Section nationale pour routiers

Contact : Raymond FISCHER
mail :
rayfischer@laposte.net
tél : 06 14 71 11 43

Documents

Plaquette "grosse fatigue sur la route"

 

Actions de dépistage / formation / Questionnaire de Berlin

 

 

 

Le SAOS et le permis de conduire

Une personne qui souffre du SAOS est inapte à la conduite automobile. La présentation au congrès du sommeil à Bordeaux en novembre 2012 du poster relatif à la sensibilisation des chauffeurs routiers et autocaristes en Lorraine, au syndrome de l'apnée du sommeil (SAOS) a suscité un grand intérêt de la part des médecins du travail.

Contrairement à l'alcool ou la drogue, le SAOS ne se détecte pas avec une prise de sang, et le chauffeur responsable d'un accident, qui a respecté la vitesse, les temps de conduite et de repos, ne va pa déclarer qu'il a un problème de récupération pendant son sommeil. On en déduira que le conducteur a perdu le contrôle de son véhicule pour une raison indéterminée.

Plusieurs solutions:

On ne veut pas perdre sa place, on ne dit rien. C'est la plus mauvaise!  Chaque individu normalement constitué fait pendant son sommeil un certain nombre d'apnées, sans que cela nécessite un traitement, la qualité du sommeil restera correcte. L'augmentation de la fréquence va petit à petit altérer cette récupération et empêcher d'obtenir la quantité et la qualité de sommeil profond et paradoxal nécessaire à l'obtention d'un effet réparateur sur les plans psychique et physique.

A partir d'environ 20 arrêts respiratoires par heure, le seul traitement est la PPC. Une bonne utilisation de celle-ci va permettre de passer la nuit en n'enregistrant que quelques micro apnées. c'est à dire que le malade apnéique, traité, a un sommeil réparateur bien meilleur qu'un individu normal. De plus, cela est facilement vérifiable par les données fournies par la machine, délivrées quotidienneemnt par la télé-observance.

L'action menée aujourd'hui pour la sensibilisation des chauffeurs routiers et autocaristes, doit évoluer vers la défense de ces derniers, lorsqu'ils ont fait la démarche de se soigner.

En effet, s'il est impossible de détecter un malade qui ne veut pas se soigner, il est impératif qu'un chauffeur qui suit avec sérieux son traitement (facilement vérifiable et attestable par son médecin) ne court aucun risque concernant son aptitude à exercer son métier.

Il faut préciser que depuis quelques temps les cardiologues ont pris conscience qu'un fort pourcentage de leurs consultants ont un problème lié au SAOS. Ils vont donc détecter des malades qui avaient choisi de nier leur maladie. Idem pour les diabétiques. La meilleure solution c'est donc de se soigner.

 
     APNEES GRAND EST LORRAINE  •  4A GRAND RUE - 57780 ROSSELANGE  •  FRANCE  •  Tél : 06 10 44 72 56  •  Tél : 06 74 60 89 27

Mentions Légales